Protection travailleur isolé

La mise en place du PTI-DATI en entreprise

La mise en œuvre d’un système de protection pour travailleur isolé est une obligation légale à laquelle l’entrepreneur ne peut se soustraire. Chaque process est spécifique aux réalités de l’entreprise ainsi qu’à son organisation et son secteur d’activité. La réussite du projet passe par une bonne préparation et exige de bien recenser les facteurs qui conduisent au succès.

Étudier tous les risques possibles

Le chef d’entreprise se doit d’évaluer les diverses menaces que le travailleur isolé rencontre sur son lieu de travail. Dans le cadre d’une procédure de protection travailleur isolé ou PTI  l’employé est tenu de communiquer à l’entreprise les différentes pathologies dont il souffre comme les crises d’asthme, d’épilepsie ou de spasmophilie pour que celle-ci soit à même d’assurer sa sécurité. De manière générale, l’employeur est dans l’obligation de préserver l’intégrité physique et mentale face à des agressions externes provenant d’un client ou d’une tierce personne. Des troubles d’ordre psychologiques engendrent des comportements à risques dus à l’isolement et au télétravail. Les risques liés à des dommages corporels dus à une chute, un incendie, une brûlure, un dysfonctionnement technique d’une machine, une douleur physique intempestive, un accident de transport ou une coupure doivent être analysés et limités.

Aux grands maux, les bons choix

Il est essentiel de faire connaissance avec les principales fonctionnalités qui équipent les dispositifs PTI-DATI présents sur le marché avant de se prononcer pour une solution. Le Dispositif homme mort déclenche une alarme en cas d’anomalie constatée comme l’absence de mouvement, la perte de verticalité ou ce que l’on qualifie de smart détection qui résulte de la simultanéité des deux évènements. Grâce à un bouton SOS, l’employé est en mesure de déclencher une alarme en appuyant dessus. Des établissements comme les banques ou les bijouteries utilisent ce produit qui s’avère utile également au travailleur isolé en cas de détresse. Le détecteur de chute est une fonctionnalité qui s’active lorsque le travailleur isolé perd l’équilibre. L’alarme peut être stoppée si l’employé n’est pas blessé et s’il réussit à se remettre debout.

Un sujet d’entreprise fédérateur

Les salariés apprécient d’être consultés pour toutes décisions relatives à la vie de l’entreprise. Ceux-ci sont rassurés et ravis de savoir que leur avis est sollicité par l’employeur et que celui-ci se préoccupe de leur sécurité. Les salariés sont bien placés pour aider au choix du dispositif PTI-DATI, car la connaissance du terrain sur lequel ils évoluent permet d’avoir une autre perception des divers risques encourus. L’implication des salariés dans la décision est importante. La validation de celle-ci par l’ensemble du personnel garantit son utilisation.

La gestion des alertes

Des dispositions pour l’organisation des secours et de la gestion des alertes doivent être mises en place par l’entreprise. Une équipe de personnes est désignée afin de prendre en charge les alertes sous forme d’alarme PTI, effectuer la levée de doute via un contre-appel sur le PTI, alerter les secours et les orienter afin d’atteindre le travailleur accidenté rapidement. La gestion de l’urgence peut être confiée à une centrale de télésurveillance qui dans le cas d’une alerte réelle informe l’entreprise avant l’envoi des secours. Le projet PTI-DATI est accepté par le plus grand nombre lorsque les travailleurs isolés sont au courant du processus, que la solution est testée et les utilisateurs formés aux fonctionnalités.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *